Donations to the Community of Sant'Egidio are tax deductible
under current regulations

Also this year it can target the 5x1000 to the Community of Sant'Egidio
Write the number 80191770587 in the tax return

Andrea Riccardi: on the web

Andrea Riccardi: on social networks

Andrea Riccardi: press review

change language
you are in: no death penalty - news contact usnewsletterlink

Support The Community

 
March 6 2009 | KENYA

Kenya

U.N. urges an inquiry over two extra-judicial executions

 
printable version

AFP

Kenya: l'ONU demande une enquête sur l'exécution de deux membres d'une ONG

Par François AUSSEILL

NAIROBI, 6 mars 2009 - Le rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, Philip Alston, a réclamé une enquête indépendante sur l'assassinat jeudi à Nairobi de deux responsables d'une ONG qui a récemment dénoncé des exécutions sommaires par la police.

"L'assassinat choquant à Nairobi de deux éminents défenseurs kényans des droits de l'Homme doit faire l'objet d'une enquête indépendante", a déclaré Philip Alston dans un communiqué reçu vendredi par l'AFP à Nairobi.

Le fondateur de la Fondation Oscar, Oscar Kamau Kingara et un responsable de cette ONG locale ont été exécutés dans leur voiture par des inconnus armés jeudi vers 18H00 (15H00 GMT), dans le centre de Nairobi.

La Fondation Oscar avait publié en 2007 un rapport intitulé "Permis de tuer" sur les exécutions extrajudiciaires présumées des forces de sécurité kényanes et les deux hommes avaient rencontré M. Alston lors de sa mission au Kenya en février.

Dans ses conclusions préliminaires rendues publiques fin février, M. Alston a affirmé que la police kényane s'était rendue coupable de meurtres extrajudiciaires "systématiques" et avait appelé au limogeage du chef de la police et du procureur général.

Il s'était également inquiété des menaces reçues par des témoins pendant sa mission.

"Il est extrêmement troublant que ceux travaillant à la défense des droits de l'Homme puissent être assassinés de jour en plein coeur de Nairobi. Cela constitue une menace majeure à l'Etat de droit", a estimé M. Alston.

"Le gouvernement kényan a l'obligation de mettre sur pied une enquête indépendante sur ces assassinats, compte tenu des circonstances qui les entourent. Parmi elles figure un communiqué attribué au porte-parole du gouvernement Alfred Mutua, dénonçant publiquement la Fondation Oscar pour ses liens avec la secte illégale Mungiki", ajoute M. Alston.

Ce dernier pointe également des déclarations attribuées selon lui au porte-parole de la police nationale Eric Kiraithe, indiquant qu'une vaste opération de sécurité allait "assurément chercher" les responsables du mouvement de protestation jeudi des Mungiki.

Ces derniers ont mené un mouvement de protestation et d'intimidation jeudi, érigeant des barricades à Nairobi et dans les villes périphériques de la capitale pour protester contre les assassinats ciblés de la police dont ils disent être victimes.

Cette opération d'envergure qui a paralysé le trafic des transports collectifs et contraint de nombreux commerces à rester fermés de peur de représailles, a conduit au déploiement massif des forces anti-émeutes et de la police kényane.

Deux membres présumés de ce gang criminel ont été lapidés à mort par une foule en colère jeudi dans la ville de Thika, non loin de Nairobi.

Les Mungiki, essentiellement des jeunes chômeurs de l'ethnie kikuyu, la principale du Kenya, se réclamaient à l'origine des guerriers Mau Mau qui se sont illustrés lors de la guerre d'indépendance du Kenya.

La secte a été interdite en 2002 pour ses dérives criminelles, assassinats, notamment par décapitation, et racket.

Plusieurs organisations kényanes ou internationales de défense des droits de l'Homme (Human Rights Watch, International Crisis Group) ont déjà mis en lumière l'implication des forces de sécurité dans des exécutions sommaires.

La plupart de ces meurtres ont eu lieu à la faveur de deux opérations d'envergure, l'une contre les Mungiki et l'autre contre la milice des Forces de défense des terres des Sabaot (SLDF), dans l'ouest du Kenya.

RELATED NEWS
November 2 2017
article by Andrea Riccardi

Death Penalty: Horror or Injustice


(Famiglia cristiana) translated in English
October 27 2017
UNITED STATES
From SOUTHERN CROSS - CATHOLIC PASTORAL CENTER

Three bishops reiterate their opposition to the death penalty following resolution of court case


Barbara D. King is the Director of Communications for the diocese of Savannah
October 27 2017
GUATEMALA

Guatemala high court abolishes death penalty in civil cases

October 18 2017

Back from Death Row: Working to End Capital Punishment

October 16 2017
UNITED STATES

U.N. Secretary-General, European Union Ambassador Call for Abolition of “Barbaric” Death Penalty

October 12 2017
VATICAN CITY, VATICAN CITY

Pope Francis calls for end to death penalty: '' it's against the Gospel''


"because it is voluntarily decided to suppress a human life that is always holy in the eyes of the Creator"
all related news

ASSOCIATED PRESS
November 28 2016
AP

High court to examine mental disability, death penalty issue
November 12 2016
Internazionale

Si rafforza la pena di morte negli Stati Uniti
November 11 2016

Al liceo classico “Socrate” di Bari, conferenza “Non c’è giustizia senza vita”
October 24 2016
New York Times

The Death Penalty, Nearing Its End
June 4 2016
The Washington Post

Meet the red-state conservatives fighting to abolish the death penalty
all press-related

VIDEO PHOTOS
53
Video promo Cities for Life 2015
3:22

81 visits

239 visits

54 visits

63 visits

71 visits
all the related media