Donations to the Community of Sant'Egidio are tax deductible
under current regulations

Also this year it can target the 5x1000 to the Community of Sant'Egidio
Write the number 80191770587 in the tax return

Andrea Riccardi: on the web

Andrea Riccardi: on social networks

Andrea Riccardi: press review

change language
you are in: no death penalty - news contacting usnewsletterlink

Support The Community

 
October 4 2009 | UNITED STATES

USA

Botched executions. Romell Broom's torture from his words. He risks to be executed not so long, anyway

 
printable version

The New York Times

 

October 3, 2009

EDITORIAL

Botched Executions

Ohio’s attempt to execute Romell Broom last month by lethal injection was the death penalty at its most barbaric. Even after that horribly botched failed execution, the state wants to continue putting people to death, starting next week. Ohio should at the very least call a moratorium so it can ensure that it has the technical competence to put people to death humanely. But every state should use this shameful moment to question whether they ought to be putting people to death at all.

The execution team in Ohio spent about two hours trying to access a vein on Mr. Broom’s arms and legs. They stuck him with a needle about 18 times, returning to areas that were already bruised. In one case, the needle reportedly hit a bone. Mr. Broom tried to help, pointing to veins, massaging his arms to keep a vein open and straightening tubes. At one point, some witnesses suggested he was crying.

Mr. Broom’s case is extraordinary because his execution was actually halted and he was returned to death row. Botched executions, however, are far too common. The Death Penalty Information Center has a harrowing list on its Web site.

In an Alabama electrocution, flames erupted from the electrode attached to a prisoner’s leg, and even after his flesh burned, doctors found a heartbeat. In Florida in 2006, a prisoner required two lethal injections to die. After the first, he seemed to grimace and mouth words.

The Supreme Court rejected a constitutional challenge to Kentucky’s use of lethal injection last year, but it left open the possibility that lethal injection could be cruel and unusual in some circumstances. The record in that case was thin, but Ohio’s use of lethal injection raises more obvious concerns. In the last four years, it has had three botched executions, including one in 2006, which took nearly an hour and a half and left the prisoner’s body with 19 puncture wounds.

We have long believed that capital punishment is wrong in all cases, but even those who support it should not accept cruel procedures.

Ohio should halt any further executions until it conducts a comprehensive study of what is going wrong in its administration of lethal injection and what can be done to ensure that a travesty like Mr. Broom’s attempted execution does not happen again.

Ultimately, every state should pause and consider that ending the life of a healthy man or woman is no simple matter and that even in the 21st century, executioners do not have their job down to anything like a science. No government should put people to death until it can show that the condemned person will not be racked with pain, catch on fire or prove so difficult to kill, as in Mr. Broom’s case, that the executioners are forced to try again another day.

 

LE MONDE

Etats-Unis : un condamné raconte son exécution ratée

Romell Broom est un survivant. Du moins à ce jour. Condamné à mort pour l'enlèvement, le viol et le meurtre d'une adolescente en 1984 dans la banlieue de Cleveland, cet Afro-Américain de 53 ans aurait dû être exécuté le 15 septembre au pénitencier de Lucasville (Ohio). "Aurait dû", car l'équipe chargée de sa mise à mort n'a pas réussi à trouver une veine pour administrer l'injection mortelle.

Deux heures de tâtonnements et de souffrances auront été nécessaires avant que le gouverneur de l'Etat, Ted Strickland, ne décide de suspendre l'exécution. Deux heures insoutenables, passées en partie sous le regard d'une dizaine d'agents carcéraux, de quatre journalistes et de trois membres de la famille du condamné.

L'affaire a relancé le débat sur les équipes médicales chargées d'administrer la mort. Le fait est que dans la longue histoire des exécutions capitales aux Etats-Unis, cette situation de sursis temporaire dans laquelle se trouve Romell Broom est rarissime. On ne connaît qu'un seul cas, en 1946, où un certain Willie Francis, un Afro-Américain condamné pour meurtre, a survécu à la chaise électrique en raison d'une défaillance matérielle. Il n'y réchappera pas un an plus tard.

Aujourd'hui, Romell Broom est retourné dans sa cellule. Après un premier sursis de dix jours, il vient de voir repoussée, par un juge fédéral, au 30 novembre, la décision devant statuer sur son sort. Deux nouveaux mois avec cette peur au ventre de revivre un nouveau calvaire, comme il dit.

Dans une déclaration sous serment devant Marcia Dukes, notaire public, deux jours après son exécution ratée, Broom raconte chaque détail. Un récit de 4 pages sous forme de monologue, glacial et serein à la fois, mais toujours hanté par sa condition de condamné en sursis. Il y décrit comment il fut transféré le 14 septembre dans la cellule des exécutions. Le lendemain, vers 14 heures, son dernier recours rejeté, un gardien vient lui lire son ordre d'exécution. "Deux infirmiers sont entrés dans ma cellule et m'ont conseillé de m'allonger. L'un d'entre eux était un homme blanc, l'autre une femme blanche."

Trois matons s'installent dans la pièce. L'un se tient debout à sa droite, l'autre à sa gauche et le troisième à ses pieds. "Les infirmiers essayaient simultanément de trouver des veines dans mes bras. La femme essaya trois fois au milieu de mon bras gauche. L'infirmier essaya trois fois au milieu de mon bras droit."

Après ces six tentatives infructueuses, les deux infirmiers demandent à Romell Broom de faire une pause qui durera "environ deux minutes et demie".

Une fois de retour, l'infirmière tente à nouveau de trouver une veine dans le bras gauche : "Elle a dû toucher un muscle parce que la douleur m'a fait hurler." L'infirmier fait un nouvel essai sur le bras droit. Il réussit à accéder à une veine, mais lorsqu'il tente d'insérer le cathéter intraveineux, "il le perd et du sang coule sur mon bras", dit Romell Broom. Au moment de quitter la pièce, un gardien demande à l'infirmière si elle se sent bien. "Elle répondit "non" et prit la porte."

Nouvelle pause. L'infirmier sort à son tour. "Le maton installé à ma droite me posa la main sur mon épaule droite et me conseilla de me relaxer." Broom affirme alors souffrir "beaucoup" et qu'il lui est difficile "d'étendre ou de bouger ses bras". L'infirmier revient. Il porte des serviettes chaudes à la main, afin de l'aider à trouver les veines, lui dit-il. Après les avoir appliquées sur le bras gauche, l'homme effectue une tentative au milieu du bras. L'infirmier passe ensuite à la main gauche qu'il perfore à trois reprises. "Après cette troisième tentative, il a fait remarquer que la consommation d'héroïne avait endommagé mes veines, poursuit Romell Broom. J'ai été contrarié par ce commentaire parce que je n'ai jamais pris d'héroïne ni aucune autre drogue par intraveineuse."

Poursuivant son récit il affirme que l'infirmier n'arrêtait pas de répéter que la veine était là, "juste là". Et d'ajouter : "J'ai essayé de les aider en essayant d'étendre mon bras." Nouvelle pause. Nouvelle intervention d'un des gardiens qui lui conseille de "se relaxer". "A ce stade, je me suis senti très mal, affirme Romell Broom. J'ai commencé à pleurer à cause de la douleur. Les infirmiers plaçaient les aiguilles dans des zones déjà contusionnées et gonflées. J'ai demandé à arrêter le processus et s'il était possible de parler à mon avocat."

Le responsable des gardiens lui demande alors de se mettre assis afin que "le sang coule plus librement". Entre dans la pièce l'infirmière en chef ; "une femme asiatique" qui "tenta d'accéder à des veines de ma cheville droite". D'après Romell Broom, l'aiguille percute un os. "J'ai crié, dit-il. Dans le même temps, l'infirmière en chef a essayé d'atteindre une veine dans la partie inférieure de ma jambe gauche tandis que l'infirmier essayait simultanément d'accéder à une veine de ma cheville droite."

Nouvel échec, l'infirmière en chef quitte la salle. Son collègue, lui, reste auprès de Romell Broom et effectue deux tentatives à la main droite.

Romell Broom poursuit son récit : "Le degré de souffrance était à son maximum." Encore une fois, le chef des gardiens lui demande de "se relaxer". Le directeur de l'établissement fait alors son entrée et annonce que la procédure d'exécution est interrompue. Il s'adresse au condamné pour lui dire qu'il a apprécié sa coopération. "Il a également loué le professionnalisme de son équipe."

A l'issue de sa déclaration, Romell Broom note : "Attendre d'être encore exécuté est angoissant." Et cette ultime phrase : "Je suis sans cesse ramené au fait que je vais devoir subir la même torture que celle que m'ont infligée les autorités de l'Ohio ce mardi 15 septembre 2009, parce que le protocole d'exécution de l'Ohio n'a pas changé, et l'état de mes veines non plus."

 

Nicolas Bourcier

RELATED NEWS
November 29 2016
BELARUS

Death convict Ivan Kulesh executed

November 29 2016

On November 30th join the World Day of the Cities for Life against the death penalty


How, when and where to join all over the world. The map of the cities, latest news, video. Visit this page for updates and share it! The hashtag is #nodeathpenalty
November 29 2016
UNITED STATES
Join the lay Catholic Community of Sant'Egidio

Various locations throughout the Florida dioceses will again participate in the International Day of Cities for Life


You are invited to attend an event in your area! Cities for Life, Against the Death Penalty
November 21 2016
NEW YORK, UNITED STATES
The results at the Third Committee of the General Assembly, the committee regarding issues relating to human rights, show momentum against the death penalty in the world

Death Penalty: the yes vote increases at the Third UN Committee, reaching a total of 115


Its resolution is debated and voted every other year
November 8 2016
KENYA

Death penalty: Sant'Egidio in Nairobi. From commuting sentences to humanizing society

November 5 2016
ZIMBABWE

10 death row inmates freed

all related news

ASSOCIATED PRESS
November 28 2016
AP

High court to examine mental disability, death penalty issue
November 12 2016
Internazionale

Si rafforza la pena di morte negli Stati Uniti
November 11 2016

Al liceo classico “Socrate” di Bari, conferenza “Non c’è giustizia senza vita”
October 24 2016
New York Times

The Death Penalty, Nearing Its End
June 4 2016
The Washington Post

Meet the red-state conservatives fighting to abolish the death penalty
all press-related

VIDEO PHOTOS
4:04
Motion Grafic "cities for life" 2012 -
4:14
Motion Grafic cities for life FR -
3:01
Promo Engl 2013 citiesforlife -

72 visits

232 visits

49 visits

53 visits

61 visits
all the related media