Le donazioni alla Comunità di Sant'Egidio sono fiscalmente deducibili
secondo la normativa vigente
 
Anche quest'anno è possibile destinare il 5x1000 alla Comunità di Sant'Egidio
Scrivi il numero 80191770587 nella dichiarazione dei redditi

Andrea Riccardi: sul web

Andrea Riccardi: sui social network

Andrea Riccardi: la rassegna stampa

change language
sei dentro: no pena di morte - news newslettercontattilink

Sostieni la Comunità

 
27 Ottobre 2009 | INDONESIA

Indonesia

Il Governatore di Aceh rifiuta di sottoscrivere la proposta di legge sulla lapidazione

 
versione stampabile

AFP

Lapidation pour époux infidèle: une loi qui ne passe pas à Aceh

BANDA ACEH (Indonésie), 27 oct 2009 - Un mois après avoir été approuvée par le parlement local, une loi punissant l'adultère de coups de bâton, voire de la peine de mort par lapidation, reste âprement critiquée dans la province d'Aceh, bastion de l'orthodoxie musulmane en Indonésie.

Un bras de fer a été engagé par le gouverneur d'Aceh, Irwandi Yusuf, qui s'oppose à de tels châtiments, jusqu'à présent inconnus en Indonésie, le plus grand pays musulman au monde.

"Le gouverneur a refusé de signer la loi sur la lapidation, qui s'apparente à la peine de mort", a expliqué lundi son porte-parole, Abdul Hamid Zein.

Le nouveau texte est particulièrement sévère pour les délits et crimes contraires aux principes de l'islam. Outre l'infidélité, il punit le viol d'un mineur (400 coups de bâton), la relation sexuelle entre adultes non mariés (100 coups), l'acte homosexuel (100 coups) et les jeux d'argent (60 coups).

Cette loi a été condamnée par les défenseurs des droits de l'Homme et désapprouvée par des partis nationaux à Jakarta. "La lapidation et la flagellation sont considérés comme des actes de torture dans toutes les circonstances", a dénoncé l'ONG Human Rights Watch, basée à Washington.

Mais des personnalités et une partie de la presse ont relativisé la portée de la loi en raison du contexte. Elle s'apparente en effet à un baroud d'honneur du parlement provincial sortant, au sein duquel les partis islamiques étaient influents. Ce dernier a depuis laissé la place à une assemblée dominée par le Parti Acehnais, créé par l'ex-mouvement de rébellion ayant lutté pour l'indépendance de cette province du nord de l'île de Sumatra.

Les nouveaux députés sont "globalement" opposés aux châtiments corporels et prévoient de réviser la loi, a indiqué le président du parlement, Hasbi Abdullah.

L'un des promoteurs du texte, Moharriadi Syafari, du parti islamique PKS, s'est également voulu rassurant quant à son éventuelle application.

"Il est très difficile de prouver l'adultère. Et même si quelqu'un avoue être coupable, il ne sera pas automatiquement lapidé", a-t-il assuré.

"Le principal objectif est de dissuader les Acehnais de commettre des péchés, les empêchant ainsi d'être ensuite les proies des flammes de l'enfer", selon lui.

Peuplée de 4 millions d'habitants, Aceh dispose d'un statut d'autonomie spéciale. A la fin du long conflit avec les rebelles séparatistes, Jakarta l'a autorisé à mettre progressivement en vigueur la charia (loi islamique), avec notamment le port du jilbab (voile) et l'instauration d'une "police de la charia".

De ce fait, les responsables religieux y sont bien plus sourcilleux que dans le reste de l'Indonésie, où l'islam est pratiqué avec tolérance. Certains religieux ont ainsi publiquement désapprouvé ce mois-ci le sacre d'une Acehnaise de 18 ans au concours de Miss Indonésie 2009. Ils lui ont reproché d'avoir défilé tête nue sur le podium.

Les traditions acehnaises se rapprochent de celle de la Malaisie voisine, récemment secouée par "l'affaire Kartika", du nom d'une mannequin de 32 ans, condamnée par un tribunal islamique à recevoir six coups de bâton pour avoir bu de la bière en public. La sentence, inédite pour une femme, a été jugée "trop sévère" par le gouvernement, soucieux de préserver la réputation multiculturelle du pays.

NOTIZIE CORRELATE
12 Ottobre 2018
STATI UNITI

Lo Stato di Washington ha abolito la pena di morte


La Corte suprema dello Stato di Washington ha stabilito che la pena di morte “viola la Costituzione” e di conseguenza viene abolita
10 Ottobre 2018

10 ottobre 2018 - Giornata Mondiale contro la Pena di Morte, Sant'Egidio rafforza l'impegno per l'abolizione

10 Ottobre 2018
Giornata mondiale contro la pena di morte

Intervista a Mario Marazziti, della Comunità di Sant'Egidio: la vendetta rende prigionieri


Nel 2017 la maggior parte delle esecuzioni ha avuto luogo in Iran, Arabia Saudita, Iraq e Pakistan.
9 Agosto 2018
The Los Angeles Times

The Catholic Church's opposition on the death penalty began with previous popes


By Mario Marazziti
29 Giugno 2018
BURKINA FASO

Il Burkina Faso elimina la pena di morte: un altro passo verso l’abolizionismo globale

26 Giugno 2018
Mons. Rodolfo Diamante, segretario esecutivo della Commissione episcopale per la pastorale carceraria presenta un libro contro la pena di morte

La Conferenza episcopale delle Filippine resta vigile sul tema della pena di morte


In occasione della memoria del dodicesimo anniversario dell'abolizione della pena capitale nel paese
tutte le notizie correlate

RASSEGNA STAMPA CORRELATA
28 Novembre 2016
AP

High court to examine mental disability, death penalty issue
12 Novembre 2016
Internazionale

Si rafforza la pena di morte negli Stati Uniti
11 Novembre 2016

Al liceo classico “Socrate” di Bari, conferenza “Non c’è giustizia senza vita”
24 Ottobre 2016
New York Times

The Death Penalty, Nearing Its End
4 Giugno 2016
The Washington Post

Meet the red-state conservatives fighting to abolish the death penalty
tutta la rassegna stampa correlata

VIDEO FOTO
53
Video promo Cities for Life 2015
3:22

1 visite

0 visite

0 visite

9 visite

5 visite
tutta i media correlati