Le donazioni alla Comunità di Sant'Egidio sono fiscalmente deducibili
secondo la normativa vigente
 
Anche quest'anno è possibile destinare il 5x1000 alla Comunità di Sant'Egidio
Scrivi il numero 80191770587 nella dichiarazione dei redditi

Andrea Riccardi: sul web

Andrea Riccardi: sui social network

Andrea Riccardi: la rassegna stampa

change language
sei in: no pena di morte - news contattinewsletterlink

Sostieni la Comunità

 
8 Novembre 2009 | RUSSIA

Russia

Duma: sono 1600 attualmente i condannati a morte nel paese

 
versione stampabile

AFP

Que faire avec la peine de mort en Russie? La justice rouvre le débat

MOSCOU, 7 nov 2009 - La justice russe commencera à examiner lundi le sort du moratoire sur la peine de mort à partir de 2010, sur fond de débats houleux et d'appels à rétablir les exécutions.

La Cour constitutionnelle russe, saisie fin octobre par la Cour suprême, doit décider si les tribunaux pourront prononcer dès l'année prochaine la peine capitale, qui fait actuellement l'objet d'un moratoire.

"L'audience débute lundi à 11H00 (08H00 GMT) avec les plaidoiries. L'examen va durer au moins un mois", a-t-on appris auprès de la Cour constitutionnelle qui siège à Saint-Pétersbourg (nord-ouest).

Cette institution a interdit en février 1999 de "condamner" à la peine de mort tant que le système des cours d'assises ne serait pas établi dans tout le pays. La Tchétchénie, dernière région privée de cette institution, doit passer au jury populaire à partir du 1er janvier 2010.

Un moratoire sur les exécutions a également été imposé par un décret présidentiel en 1996, lorsque la Russie a adhéré au Conseil de l'Europe.

L'année suivante, Moscou a signé le protocole n°6 à la Convention de sauvegarde des droits de l'Homme sur l'abolition de la peine de mort, qui n'a jamais été ratifié par le Parlement.

Pour Viatcheslav Lebedev, le président de la Cour suprême, "il est évident que la Russie doit respecter ce protocole et les tribunaux ne pourront pas condamner à la peine de mort après le 1er janvier 2010".

La Cour constitutionnelle a été saisie pour "lever le doute des juges", a-t-il expliqué.

Cette décision de saisir la haute juridiction a été pourtant interprétée par certains comme le feu vert au rétablissement de la peine capitale, une mesure soutenue par sept Russes sur dix, selon des sondages.

"Nous espérons que la peine de mort sera de nouveau en vigueur" après la décision de la Cour constitutionnelle, a déclaré fin octobre Lioubov Sliska, vice-présidente de la Douma (chambre basse du Parlement), jugeant qu'elle devait être appliquée pour "les

crimes contre les enfants, les personnes âgées et les crimes économiques graves".

La Chambre civile, organe consultatif proche du pouvoir, a convoqué jeudi une réunion spéciale consacrée à la question, où avocats et défenseurs des droits de l'Homme ont appelé les hommes politiques à renoncer au populisme.

"La violence excessive est néfaste pour la Russie (...) L'Europe a aboli la peine de mort malgré l'avis de la majorité de la population. La législation ne doit pas suivre l'opinion publique", a déclaré l'avocat Guenri Reznik.

"La question est soulevée par des politiques malhonnêtes qui veulent plaire aux électeurs", a-t-il déploré.

Vladimir Vassiliev, président de la Commission de la Douma pour la sécurité, présent à cette réunion, a estimé que le moratoire devait être prolongé.

Selon lui, 1.600 personnes condamnées à la peine capitale se trouvent actuellement dans les prisons russes. "Leur entretien coûte cher à l'Etat", mais l'exécution d'innocents "aurait un prix plus élevé", a-t-il souligné.

M. Vassiliev a cependant estimé que la décision de la Cour constitutionnelle devait être "compréhensible" pour l'opinion.

"Il ne faut pas se référer aux sondages (...). Les mêmes citoyens reconnaissent la qualité extrêmement basse du système étatique, de la police et du système judiciaire et sont prêts à laisser à l'Etat le droit d'exécuter", a écrit vendredi le quotidien des affaires Vedomosti dans un éditorial.

"Il est temps d'abolir la peine de mort en adoptant une loi ou en amendant la Constitution", a conclu le journal.

NEWS CORRELATE
24 Giugno 2017
STATI UNITI

Comunità di Sant'Egidio: a Washington per rafforzare l'impegno contro la pena di morte

2 Maggio 2017
STATI UNITI

Anthony Farina non è più condannato a morte. Non sarà libero, ma non rischia più l'esecuzione


Dal 2012 migliaia di appelli urgenti alle autorità e lettere e cartoline a Anthony hanno sostenuto questo importante cambiamento
29 Aprile 2017
STATI UNITI
Apprendiamo che lo Stato dell'Arkansas ha portato a termine quattro delle esecuzioni previste

L'ultima esecuzione ieri, Kenneth William era un afroamericano di 38 anni

21 Aprile 2017
STATI UNITI

L'Arkansas ha messo a morte uno dei condannati di nome Ledell Lee


E' prima esecuzione dal 2005. La nostra campagna continua con l'invio di appelli e la richiesta di clemenza
15 Aprile 2017
STATI UNITI
Un giudice ha accolto il ricorso dell'azienda produttrice dei farmaci: il prodotto non era stato venduto per questo scopo

Fermate le esecuzioni in Arkansas in seguito all'esposto di un'azienda farmaceutica


Il provvedimento è temporaneo, continuiamo a inviare appelli!
7 Aprile 2017
STATI UNITI

La lotta e le speranze di fermare le esecuzioni in Arkansas


Anche alcune ex guardie carcerarie hanno scritto al governatore, preoccupate per i pesantissimi effetti psicologici sui loro colleghi
tutte le news correlate

RASSEGNA STAMPA CORRELATA
28 Novembre 2016
AP

High court to examine mental disability, death penalty issue
12 Novembre 2016
Internazionale

Si rafforza la pena di morte negli Stati Uniti
11 Novembre 2016

Al liceo classico “Socrate” di Bari, conferenza “Non c’è giustizia senza vita”
24 Ottobre 2016
New York Times

The Death Penalty, Nearing Its End
4 Giugno 2016
The Washington Post

Meet the red-state conservatives fighting to abolish the death penalty
tutta la rassegna stampa correlata

VIDEO FOTO
53
Video promo Cities for Life 2015
3:22

13 visite

5 visite

9 visite

7 visite

8 visite
tutta i media correlati