Le donazioni alla Comunità di Sant'Egidio sono fiscalmente deducibili
secondo la normativa vigente
 
Anche quest'anno è possibile destinare il 5x1000 alla Comunità di Sant'Egidio
Scrivi il numero 80191770587 nella dichiarazione dei redditi

Andrea Riccardi: sul web

Andrea Riccardi: sui social network

Andrea Riccardi: la rassegna stampa

change language
sei in: no pena di morte - news contattinewsletterlink

Sostieni la Comunità

 
25 Febbraio 2013 | INDIA

www.lejournalinternational.fr. - INDIA: rilanciato il dibattito sulla pena di morte. (FR)

 
versione stampabile

"Si vous croyez qu’un juge est corrompu alors scandez son nom en public au lieu de faire une généralité. Mais ne les mettez pas tous dans le même sac en clamant que la justice entière reflète un vaste panier de corrompus. Je vous supplie de ne pas démanteler le système judiciaire et ses institutions quand vous n’avez rien d’autres à offrir pour divertir vos compagnons », s’était exprimé l’ancien ministre de la Justice, Sarosh Homi Kapadia le jour où a été célébrée la Loi. Mais qu’advient-il quand c’est la Cour suprême d’un pays entier qui n’applique pas les décisions humaines appropriées ? La Justice, celle à laquelle on est censé se référer en cas d’abus, a-t-elle toujours la même force et les mêmes valeurs ? Le châtiment d’Afzal Guru peut en faire douter. Condamné à la peine capitale, l’homme aurait été la victime d’un système judiciaire arbitraire.

"Samedi 9 février, juste avant le petit déjeuner, Afzal Guru, le principal accusé dans l’attentat de 2001 contre le Parlement indien, a été pendu en secret et son corps, enterré à la prison de Tihar, à Dehli. Sa femme et son fils n’en ont pas été informés. Aucune importance, ce ne sont que la femme et le fils d’un terroriste cachemiri !" s’est insurgé la romancière Arundhati Roy. Que l’homme fasse partie d’une minorité rejetée en Inde (les Kashmiris) ne change rien à la gravité même de la peine.
 


 

Le couloir de la mort est une réalité dans le pays de Gandhi. 4 321 condamnés ont été amenés à la potence en moins de 10 ans selon le Times of India. Entre 2001 et 2011, assassins, terroristes, violeurs, voleurs et innocents se sont retrouvés au bout d’une corde au nom de la loi. Ils apparaissent désormais comme de simples statistiques dénonçant la pendaison en Inde, appliquée tous les trois jours. L’application de la peine de mort dans les plus rares cas est devenue une« routine » se désespère Suhas Chakma, coordinateur de la campagne nationale pour l’abolition de la peine de mort en Inde.
 

 


Les affaires Guru se multiplient

 

Le cas d’Afzal Guru n'est pourtant pas isolé. Le procès de Gnanaprakasham, Simon, Meesekar Madaiah et Bilavendran, accusés d’appartenir au gang dirigé par le bandit Veerappan et de l’assassinat de 22 policiers en 2001, est similaire. La pétition au nom de leur clémence et du droit de vivre est en cours d’analyse depuis 2004. Ce genre de pétition est un appel à l’aide que les présidents laissent en suspens des années durant et rejettent généralement avant l’exécution comme ils l’ont fait deux jours avant la mort de Guru. La fille d'un des accusés s'est récemment exprimé sur le sujet : « Mon père n’est pas un assassin, les preuves retenues contre lui sont à peine tangibles, le jugement n’est en cela même pas solide ! »
 


 

Ces pétitions signées par des citoyens, des activistes qui réclament eux aussi un élan de pitié, font la fierté de la plus grande démocratie du monde. Pourtant les rejets s'accumulent. Le mépris de ceux qui prennent les décisions finales pourrait être la preuve d’une justice corrompue. A cet égard, l'ONG Transparency International a constaté que « la longueur des délais pour chaque cas et la réduction de juges dans des procédures complexes, ont exacerbé la nécessité prépondérante d’établir de nouvelles lois afin de garantir l’impartialité des superviseurs et l’obligation de tout analyser afin de respecter les droits des victimes et des accusés ».
 


 

Avec l’exécution d’Afzal Guru qui a suscité de vives réactions tout autour du monde (notamment du fait de son appartenance à une minorité kashmiri), le Parlement tente de se légitimer en prenant des mesures aussi cruelles avec d’autres prisonniers. La pendaison - soi-disant rarissime - est courante en Inde. Elle ne vise aucune minorité en particulier. Ce supplice mortel touche tous les êtres humains quel que soit leur lieu de naissance ou leur communauté d’appartenance. Tous les Hommes sont égaux en droit - le gouvernement indien ira même jusqu’à dire devant la mort.

Henri Tiphagne, directeur de People’s Watch, affirme qu’en Inde “la culture des pendaisons confidentielles est une réalité mais dont le secret reste bien trop conservé”. Avant que la décision de "tuer, car on ne peut appeler cela autrement, ne soit prise, il faudrait que les familles et les prisonniers ait un temps suffisant pour faire à nouveau appel et au moins que les familles des prévenus soient informées de la décision irrévocable retenue contre leur proche, au moins pour dire au revoir". Fermement opposé à la peine de mort, People's Watch prend part au débat, dénonçant une « justice qui ne fonctionne pas ».
 
NEWS CORRELATE
20 Agosto 2016
STATI UNITI
PENA SOSPESA PER JEFF WOOD

L'ESECUZIONE DI JEFFERY WOOD NON AVRA' LUOGO


LA SUA ESECUZIONE ERA STATA FISSATA PER IL 24 AGOSTO 2016
5 Luglio 2016
CONAKRY, GUINEA
L'abolizione della pena capitale era stata indicata come possibile dal Ministro della Giustizia Cheik Sako nel corso del Convegno promosso a Roma dalla Comunità di Sant'Egidio lo scorso febbraio

Guinea-Conakry: il parlamento ha approvato l'abolizione pena di morte dal codice penale


E' il primo passo per passare dalla moratoria de facto alla moratoria de jure. L'abolizione sarà la tappa successiva
25 Giugno 2016
OSLO, NORVEGIA
Marazziti presenta l'iniziativa della Comunità di Sant'Egidio

"Citiesforlife" a Oslo, come metodo per continuare nella via dell'abolizione #AbolitionNow


A Oslo la marcia degli abolizionisti per le strade della città
20 Giugno 2016
OSLO, NORVEGIA
Inizia oggi il VI Congresso Mondiale Contro la Pena di Morte a Oslo

La Comunità di Sant'Egidio partecipa al Congresso di Oslo con una delegazione da Italia, Congo, Belgio, Spagna, Germania e Indonesia


Sono 1500 gli iscritti provenienti da oltre 80 paesi del mondo, tra loro 20 ministri, 200 diplomatici, parlamentari, accademici, avvocati, associazioni e membri della società civile
4 Giugno 2016
CITTÀ DEL VATICANO
No alla pena di morte e all'ergastolo: "Una pena senza speranza è tortura"

Papa Francesco parlando ai magistrati e giuristi del mondo torna a dire No alla pena di morte

24 Maggio 2016
INDONESIA
La Comunità di Sant'Egidio in Indonesia e le associazioni indonesiane impegnate in difesa dei diritti umani come Kontras, Imparsial, Elsam, Lbh Masyarakat, chiedono di fermare le esecuzioni

La Chiesa e la società civile si mobilitano contro le esecuzioni capitali


Giacarta è tra le 15 città indonesiane dove negli anni scorsi si è tenuta la manifestazione "Città per la vita, città contro la pena di morte" organizzata da Sant'Egidio in oltre duemila comuni nei cinque continenti
tutte le news correlate

RASSEGNA STAMPA CORRELATA
4 Giugno 2016
The Washington Post

Meet the red-state conservatives fighting to abolish the death penalty
23 Maggio 2016
AP

Malaysian death row convict loses final appeal in Singapore
23 Maggio 2016
AsiaNews

Vescovo filippino: È presto per giudicare il contraddittorio Duterte. No alla pena di morte
14 Maggio 2016
Ilsole24ore

Pfizer blocca i farmaci per la pena di morte negli Usa
14 Maggio 2016
La Stampa

Pena di morte, Pfizer blocca l’uso dei suoi farmaci per le iniezioni letali negli Usa
tutta la rassegna stampa correlata

VIDEO FOTO
53
Video promo Cities for Life 2015
3:22

1 visite

0 visite

7 visite

6 visite

7 visite
tutta i media correlati