Le donazioni alla Comunità di Sant'Egidio sono fiscalmente deducibili
secondo la normativa vigente
 
Anche quest'anno è possibile destinare il 5x1000 alla Comunità di Sant'Egidio
Scrivi il numero 80191770587 nella dichiarazione dei redditi

Andrea Riccardi: sul web

Andrea Riccardi: sui social network

Andrea Riccardi: la rassegna stampa

change language
sei dentro: no pena di morte - news newslettercontattilink

Sostieni la Comunità

 
25 Febbraio 2013 | INDIA

www.lejournalinternational.fr. - INDIA: rilanciato il dibattito sulla pena di morte. (FR)

 
versione stampabile

"Si vous croyez qu’un juge est corrompu alors scandez son nom en public au lieu de faire une généralité. Mais ne les mettez pas tous dans le même sac en clamant que la justice entière reflète un vaste panier de corrompus. Je vous supplie de ne pas démanteler le système judiciaire et ses institutions quand vous n’avez rien d’autres à offrir pour divertir vos compagnons », s’était exprimé l’ancien ministre de la Justice, Sarosh Homi Kapadia le jour où a été célébrée la Loi. Mais qu’advient-il quand c’est la Cour suprême d’un pays entier qui n’applique pas les décisions humaines appropriées ? La Justice, celle à laquelle on est censé se référer en cas d’abus, a-t-elle toujours la même force et les mêmes valeurs ? Le châtiment d’Afzal Guru peut en faire douter. Condamné à la peine capitale, l’homme aurait été la victime d’un système judiciaire arbitraire.

"Samedi 9 février, juste avant le petit déjeuner, Afzal Guru, le principal accusé dans l’attentat de 2001 contre le Parlement indien, a été pendu en secret et son corps, enterré à la prison de Tihar, à Dehli. Sa femme et son fils n’en ont pas été informés. Aucune importance, ce ne sont que la femme et le fils d’un terroriste cachemiri !" s’est insurgé la romancière Arundhati Roy. Que l’homme fasse partie d’une minorité rejetée en Inde (les Kashmiris) ne change rien à la gravité même de la peine.
 


 

Le couloir de la mort est une réalité dans le pays de Gandhi. 4 321 condamnés ont été amenés à la potence en moins de 10 ans selon le Times of India. Entre 2001 et 2011, assassins, terroristes, violeurs, voleurs et innocents se sont retrouvés au bout d’une corde au nom de la loi. Ils apparaissent désormais comme de simples statistiques dénonçant la pendaison en Inde, appliquée tous les trois jours. L’application de la peine de mort dans les plus rares cas est devenue une« routine » se désespère Suhas Chakma, coordinateur de la campagne nationale pour l’abolition de la peine de mort en Inde.
 

 


Les affaires Guru se multiplient

 

Le cas d’Afzal Guru n'est pourtant pas isolé. Le procès de Gnanaprakasham, Simon, Meesekar Madaiah et Bilavendran, accusés d’appartenir au gang dirigé par le bandit Veerappan et de l’assassinat de 22 policiers en 2001, est similaire. La pétition au nom de leur clémence et du droit de vivre est en cours d’analyse depuis 2004. Ce genre de pétition est un appel à l’aide que les présidents laissent en suspens des années durant et rejettent généralement avant l’exécution comme ils l’ont fait deux jours avant la mort de Guru. La fille d'un des accusés s'est récemment exprimé sur le sujet : « Mon père n’est pas un assassin, les preuves retenues contre lui sont à peine tangibles, le jugement n’est en cela même pas solide ! »
 


 

Ces pétitions signées par des citoyens, des activistes qui réclament eux aussi un élan de pitié, font la fierté de la plus grande démocratie du monde. Pourtant les rejets s'accumulent. Le mépris de ceux qui prennent les décisions finales pourrait être la preuve d’une justice corrompue. A cet égard, l'ONG Transparency International a constaté que « la longueur des délais pour chaque cas et la réduction de juges dans des procédures complexes, ont exacerbé la nécessité prépondérante d’établir de nouvelles lois afin de garantir l’impartialité des superviseurs et l’obligation de tout analyser afin de respecter les droits des victimes et des accusés ».
 


 

Avec l’exécution d’Afzal Guru qui a suscité de vives réactions tout autour du monde (notamment du fait de son appartenance à une minorité kashmiri), le Parlement tente de se légitimer en prenant des mesures aussi cruelles avec d’autres prisonniers. La pendaison - soi-disant rarissime - est courante en Inde. Elle ne vise aucune minorité en particulier. Ce supplice mortel touche tous les êtres humains quel que soit leur lieu de naissance ou leur communauté d’appartenance. Tous les Hommes sont égaux en droit - le gouvernement indien ira même jusqu’à dire devant la mort.

Henri Tiphagne, directeur de People’s Watch, affirme qu’en Inde “la culture des pendaisons confidentielles est une réalité mais dont le secret reste bien trop conservé”. Avant que la décision de "tuer, car on ne peut appeler cela autrement, ne soit prise, il faudrait que les familles et les prisonniers ait un temps suffisant pour faire à nouveau appel et au moins que les familles des prévenus soient informées de la décision irrévocable retenue contre leur proche, au moins pour dire au revoir". Fermement opposé à la peine de mort, People's Watch prend part au débat, dénonçant une « justice qui ne fonctionne pas ».
 
NOTIZIE CORRELATE
27 Novembre 2018
REGNO UNITO
Roma, 28 novembre

IX Incontro internazionale dei ministri della Giustizia per "Un mondo senza pena di morte"


presso la Nuova Aula dei Gruppi parlamentari - Camera dei Deputati
27 Novembre 2018
#STAND4HUMANITY

IL 30 NOVEMBRE AL COLOSSEO: CITTA' PER LA VITA , CONTRO LA PENA DI MORTE


Lato Arco di Costantino ore 18
14 Novembre 2018
NEW YORK, STATI UNITI
La Terza Commissione dell'Assemblea Generale dell'ONU ha approvato la risoluzione per la moratoria con 123 voti a favore

Approvata la risoluzione sulla moratoria della pena di morte con un numero maggiore di consensi rispetto al 2016


Un segnale positivo verso l’obiettivo dell’abolizione completa della pena capitale nel mondo!
3 Novembre 2018
La pena di morte in Germania venne applicata fin dal Medioevo. Fu cancellata dall'ordinamento giudiziario della Repubblica Federale nel 1949, mentre nella Repubblica Democratica fu abolita nel 1987

Germania: lo stato tedesco dell'Assia ha eliminato la pena di morte dalla costituzione che la conservava per un'anomalia giuridica


Con il loro voto i cittadini hanno modificato una norma che da 69 anni conservava la pena di morte
18 Ottobre 2018

Vescovi Usa: plauso per la fine della pena di morte nello Stato di Washington


"Ci uniamo ai vescovi cattolici di Washington, alla Conferenza cattolica dello Stato di Washington, alla rete di mobilitazione cattolica e a tutte le persone di buona volontà nell'accogliere favorevolmente questa decisione e perseverare nel lavoro per porre fine alla pena di morte"
12 Ottobre 2018
STATI UNITI

Lo Stato di Washington ha abolito la pena di morte


La Corte suprema dello Stato di Washington ha stabilito che la pena di morte “viola la Costituzione” e di conseguenza viene abolita
tutte le notizie correlate

RASSEGNA STAMPA CORRELATA
28 Novembre 2016
AP

High court to examine mental disability, death penalty issue
12 Novembre 2016
Internazionale

Si rafforza la pena di morte negli Stati Uniti
11 Novembre 2016

Al liceo classico “Socrate” di Bari, conferenza “Non c’è giustizia senza vita”
24 Ottobre 2016
New York Times

The Death Penalty, Nearing Its End
4 Giugno 2016
The Washington Post

Meet the red-state conservatives fighting to abolish the death penalty
tutta la rassegna stampa correlata

VIDEO FOTO
53
Video promo Cities for Life 2015
3:22

0 visite

0 visite

0 visite

0 visite

0 visite
tutta i media correlati